Des textes, des articles, des points de repères sur des sujets divers.
 

Henry David Thoreau : « En tuant le temps on blesse l’éternité. »

 Henry David Thoreau - Philosophe américain (1817-1862)

"Je préférerais m'asseoir sur un potiron et le posséder bien à moi que d'être à plusieurs sur un coussin de velours."

Henry David Thoreau n'a quitté que rarement son village du Massachusetts, Concord, qui est le reflet d'une Arcadie, d'un paradis rural auquel l'Amérique n'a jamais cessé de rêver.

Etudes indisciplinées à Harvard, instituteur pendant deux ans (mis à la porte de l’école où il enseignait parce qu’il avait refusé d’utiliser les châtiments corporels), Thoreau s'installe ensuite chez son ami, Ralph Waldo Emerson.
Plus tard il s'occupe, avec succès, de la fabrique artisanale de crayons de son père. Attaché d'abord à sa liberté, Thoreau préfère, quand il a besoin d'argent, entreprendre un travail manuel. 

"Ce qu'on appelle résignation n'est autre que du désespoir confirmé." 

Dans les années qui suivent, il participe énergiquement à la résistance contre les esclavagistes. Son éthique est 'la désobéissance civile' et 'la pauvreté volontaire'. C'est lui qui donnera à Gandhi à Martin Luther King l'idée de l'action non violente.

A l'âge de 28 ans, Thoreau quitte Concord pour une forêt. Il y construit sa cabane sur les bords de l'étang de Walden. En s'installant 'hors du monde' à vingt minutes de Concord, il prétend démontrer la nécessité d'être présent au monde ici. Dès que Thoreau commence à écrire, il se pose comme élève d'Emerson. Il est l'ami des philosophes transcendantalistes, en particulier du poète Walt Whitman. Thoreau aspire à 'une vie transcendantale dans la nature', c'est-à-dire à rejoindre l'être profond des choses et à y accorder sa conscience.

Thoreau qui est, avec Emerson, l'un des principaux représentants du transcendantalisme américain, en incarne le perfectionnisme moral, fondé sur un refus du conformisme et une «confiance en soi», entendue non comme un sentiment de supériorité mais comme l'exhortation à oser être soi-même.
Au-delà de la protestation contre la vie que mènent les hommes et de la recherche de soi, l'installation à Walden - le 4 juillet 1845, date anniversaire de l'Indépendance - rejoue aussi symboliquement la naissance de l'Amérique, dont Thoreau estime qu'elle «n'existe que dans sa découverte».
En ce sens, on peut sans doute accorder à Emerson que nul «n'a été plus américain que Thoreau».

Les livres, articles, essais, journaux et poésies de Thoreau remplissent vingt volumes. Surnommé le « poète-naturaliste » par son ami William Ellery Channing (1780 - 1842), Thoreau se veut un observateur attentif de la nature et ce surtout dans ses dernières années durant lesquelles il étudie des phénomènes aussi variés que les saisons, la dispersion des essences d'arbres ou encore la botanique. Les différents mouvements écologistes ou les tenants de la décroissance actuels le considèrent comme l'un des pionniers de l'écologie car il ne cesse de replacer l'homme dans son milieu naturel et appelle à un respect de l'environnement.

Il meurt le 6 mai 1862 en laissant le considérable héritage de l'idée collective.

________________________________________________________________________________________

Walden ou la vie dans les bois  (Récit publié en 1854)

Il existe plus de 200 traductions de Walden à travers le monde. Le roman a été traduit en français en 1922 par Louis Fabulet (1862-1933) et redécouvert en France lors des évènements de mai 68.
Il demeure l'ouvrage de référence de la pensée libertaire et écologiste.

Le roman raconte la vie que Thoreau a passée dans une cabane pendant deux ans, deux mois et deux jours, dans la forêt appartenant à son ami et mentor Ralph Waldo Emerson, jouxtant l'étang de Walden (Walden Pond), non loin de ses amis et de sa famille qui résidaient à Concord dans le Massachusetts.

Walden est écrit de telle façon que le séjour semble durer un an seulement. La narration suit les changements de saisons et Thoreau présente ses pensées, observations et spéculations. Il dévoile également comment, au contact de l'élément naturel, l'individu peut se renouveler et se métamorphoser, prendre conscience enfin de la nécessité de fondre toute action et toute éthique sur le rythme des éléments.

Walden n'est ni un roman ni une véritable autobiographie, ni un journal naturaliste. Sa dimension critique à l'encontre du monde occidental en fait un véritable pamphlet. La part de l'imagination est conséquente et Thoreau consacre de nombreuses scènes à décrire l'étang de Walden mais aussi les animaux et la façon dont les gens le considèrent suite à son isolement, tout en dégageant des conclusions philosophiques.
Ces longs passages concernant la nature appartiennent à la tradition transcendantaliste et appellent à refondre l'éthique.

Plus d'un siècle plus tard, Walden reste une œuvre phare de la littérature américaine et l'ouvrage fondateur du genre littéraire du nature writing. La pensée écologiste moderne voit également en Walden le roman du retour à la nature et de la conscience environnementale. Les observations et spéculations de Thoreau font en effet de la nature, dans le récit, un protagoniste à part entière. Walden est enfin la lente introspection de Thoreau, le fil directeur d'une recherche du sens dans un monde de plus en plus marqué par l'industrialisation et la transformation de l'espace.

 

Catégorie: LITTERATURE, NATURE
Copyright 2010-2020 * Nature et Poésie