Des textes, des articles, des points de repères sur des sujets divers.
 

Merci la forêt !

 

Multifonctionnelle

La forêt produit des biens et des services. Certains ont une valeur marchande, comme le bois, d’autres n’ont pas de prix de marché mais n’en demeurent pas moins précieux, comme la biodiversité.

Irremplaçable

La forêt remplit des fonctions naturelles que nous serions bien incapables de reproduire : sans la forêt, les sols ne seraient pas maintenus par les racines des arbres, le cycle de l’eau serait déréglé, l’impact des changements climatiques serait aggravé et la survie de certaines populations serait grandement menacée. Sans la forêt, une multitude d’espèces animales et végétales disparaitraient. Les forêts abritent aujourd’hui 80% de la biodiversité terrestre.

Mais ô combien vulnérable…

La forêt perd du terrain ! 13 millions d’hectares de forêts disparaissent encore chaque année. Les forêts tropicales sont les plus touchées par ce phénomène. Alors que la forêt tend à s’accroitre en Europe, elle subit une forte déforestation en Amérique latine et en Afrique. Au Brésil et en Indonésie notamment, là où l’on trouve encore des forêts primaires (c’est-à-dire « naturelle » : probablement jamais exploitées), les pertes sont colossales.

Les forêts dominantes dans le monde 

Selon la latitude, l’altitude, la nature du sol, le climat, l’action des animaux, la gestion par l’Homme, la forêt a de multiples facièsIl existe plusieurs types de forêts dominantes. Mais, qu’elle soit tropicale, tempérée ou boréale, la forêt garde cette valeur emblématique forte de milieu « naturel », bien qu’une grande partie soit aujourd’hui gérée par l’Homme. Ces forêts couvrent plus du quart de la surface des continents soit 40 millions de Km². 
Il existe plusieurs autres sortes de forêts beaucoup moins importantes en superficie mais tout aussi importantes du point de vue écologique. La forêt méditerranéenne par exemple est relativement petite mais regorge de vie ainsi que d'espèces d'arbres, de végétaux et d'animaux. Les forêts de montagne forment également une catégorie singulière de forêts.

 

La Forêt  Boréale .................................................................................

La forêt  boréale, ou taïga est la plus grande forêt du monde. C'est le tiers de toutes les forêts mondiales. On la trouve dans l'hémisphère Nord. C'est une forêt de conifères : épicéas, sapins, pins et mélèzes. La neige y joue un rôle écologique majeur en hiver. La forêt boréale du Québec et du Canada est l'une des dernières grandes forêts intactes du monde. C'est l'un des derniers grands écosystèmes forestiers de la planète : elle capte près de 40 % de tout le dioxyde de carbone de la planète. La forêt boréale joue un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique.

 

La Forêt Tropicale ..........................................................................  

La deuxième grande forêt mondiale est la forêt dense, appelée aussi équatoriale. Comme la forêt boréale, cette forêt est toujours verte, car les arbres ne perdent pas leurs feuilles en même temps. Cette forêt possède environ 50 000 espèces d'arbres. Ils ont peu de racines car la terre fertile n'est épaisse que de 10 cm. Sur 2 hectares de forêt on peut trouver 150 espèces d'arbres. La forêt équatoriale couvre 7% de notre planète, elle abrite plus de la moitié des espèces animales de la terre et 40% des plantes. Son importance pour l'écosystème mondial et la vie des hommes est primordiale. Sans parallèle en termes de diversité biologique, la forêt tropicale est un réservoir naturel de diversité génétique qui offre une riche source de plantes médicinales, de nourritures à haut-rendement, et une myriade d'autres produits de forêt tout aussi utiles. Elle joue un rôle primordial dans la régulation du climat mondial tout en maintenant des précipitations régulières, et en luttant contre les inondations, les sécheresses, et l'érosion. Elle emmagasine de vastes quantités de carbone, tout en produisant une quantité significative de l'oxygène terrestre.

 

La Forêt Tempérée .........................................................................

Les forêts tempérées sont des forêts situées dans les climats tempérés notamment dans l’hémisphère nord où il y a le plus de zones émergées mais aussi dans l’hémisphère sud. Dans la forêt tempérée de l'Ouest, on retrouve les plus grands arbres du monde, les Séquoias. Ils peuvent atteindre une centaine de mètres. Les autres forêts tempérées sont dominées par les feuillus. La forêt européenne est la plus pauvre, on dénombre seulement une dizaine d’espèces d’arbres sur 1 hectare. Par contre, la diversité en plantes herbacées est plus grande qu’en forêt tropicale. Contrairement aux forêts tropicales, ces forêts ont un plus faible niveau de diversité des essences forestières où l’ont peut retrouver parfois moins de cinq essences par massif (chêne, sapin, hêtre notamment). Ce plus faible niveau de biodiversité est aussi dû à une dégradation forestière résultant d’une surexploitation depuis le début de l’humanité. Ces zones forestières ont en effet été particulièrement habitées par l’Homme depuis la préhistoire. La douceur du climat, la richesse agronomique de leurs sols ont entrainé de très importantes conversions forestières. C’est dans ces zones que les forêts primaires ou à important niveau de naturalité ont le plus régressé ou disparu. Elles sont particulièrement fragmentées par les routes, les zones agricoles et diverses infrastructures (ligne haute tension, pipe-lines, autoroutes, canaux, TGV, etc.). Il est fréquent que des forêts cultivées aient remplacé la forêt naturelle et sa faune. Les grands carnivores (loup, ours, glouton, lynx, cougar y sont devenus très rares). Les forêts alluviales humides ou pluvieuses y ont souvent été détruites ou fortement drainées.  Les services rendues par les forêts tempérées, dont l’aspect et la vie change fortement en fonction des saisons, sont nombreux, tout comme pour les forêts tropicales : grande importance paysagère, puits de carbone, restauration ou protection des sols.

 

L'arbre au coeur de l'écosystème forestier

L’arbre naît, se nourrit, transpire, grandit, se reproduit, meurt et participe à un écosystème dans lequel il vit et interagit avec le biotope (sol, climat) et la biocénose (faune, flore).

Un arbre mort est une arche de vie pour la faune et la flore.
La mort d'un arbre ne signifie pas la fin d'une vie, c'est le début d'une nouvelle existence pour la faune et la flore qui régénèrent la forêt. 
Lorsqu'un arbre meurt, sa contribution à la diversité de l'écosystème continue grâce au nombre surprenant d'espèces végétales et animales qui viennent le peupler pour y trouver un excellent refuge et se nourrir. On y trouve ainsi des végétaux, des champignons, des invertébrés tels que les insectes qui détruisent le vieux bois et laisse sa place à une nouvelle végétation.
Les arbres morts représentent un maillon de l'écosystème en participant à l'équilibre de la faune et la flore. Les scientifiques ont constaté que plus de la moitié des coléoptères qui vivaient dans du bois mort sont menacés par l'homme lui-même qui s'empresse de débarrasser les forêts, parcs et jardins des arbres morts. Or pour certains insectes, il est impossible de se déplacer sur plusieurs dizaines de mètres pour retrouver un nouvel arbre-hôte qui les accueillera. Sans bois mort à proximité, ces espèces sont condamnées. Les arbres morts ont par conséquent un rôle important pour la diversité des espèces, mais pas seulement...
Pour reconstituer une forêt, les nouvelles pousses se font plus facilement sur du bois mort grâce aux substances nutritives que celui-ci contient et aussi grâce à la lumière que les nouveaux végétaux captent mieux qu'à même le sol. Un bois en décomposition est en outre un élément qui apporte en permanence des substances nutritives dans le sol, ce qui rend ce dernier plus fertile.
 

 
Il était une feuille...

Il était une feuille avec ses lignes
Ligne de vie
Ligne de chance
Ligne de coeur.

Il était un arbre au bout de la branche.
Un arbre digne de vie
Digne de chance
Digne de coeur.
Coeur gravé, percé, transpercé,
Un arbre que nul jamais ne vit.

Il était des racines au bout de l'arbre.
Racines vignes de vie
Vignes de chance
Vignes de coeur.

Au bout des racines il était la terre.
La terre tout court
La terre toute ronde
La terre toute seule au travers du ciel
La terre
.

 
Robert Desnos
Poète Français (1900-1945)

 

 
 

 

 

Catégorie: NATURE
Copyright 2010-2020 * Nature et Poésie